Cours Photo n°5: L’exposition en photo, un trio d’enfer.

Abonnement par e-mailC’est parti !

Nous allons entrer dans le vif du sujet. En dehors du cadrage et de l‘émotion (cf cours n°1 et cours n°2), pour avoir une bonne photo, il est nécessaire d’avoir une bonne exposition. C’est à dire que la photo ne soit ni trop sombre, ni trop claire. L’exposition désigne la quantité totale de lumière reçue sur la surface sensible, que ce soit un capteur numérique ou une pellicule.
Il existe donc 3 paramètres sur les boitiers ajustables en fonction de la luminosité ambiante et du rendu souhaité.

– La vitesse d’obturation (ou temps de pose)
– L’ouverture du diaphragme
– La sensibilité de la surface (ou les ISOs)

Pour un travail en studio ou du moins avec des lumières artificielles, le contrôle de celle(s)-ci constitue un paramètre supplémentaire à prendre en compte pour une bonne exposition.

Si la surface sensible capte trop de lumière, la photo sera trop claire, on dit alors qu’elle est sur-exposée. A l’inverse, si la surface sensible ne capte pas assez de lumière, la photo sera trop foncée, on dit alors qu’elle est sous-exposé.

G0068608_tcm79-702606

Nous allons maintenant voir plus en détail les 3 paramètres principaux et en premier lieu la vitesse d’obturation.
C’est la durée pendant laquelle la surface sensible sera exposée à la lumière. La surface sensible est masquée par un rideau (voir mon cours sur le fonctionnement du reflex), lorsque le rideau s’ouvre la lumière peut venir exciter la surface sensible, cette durée d’ouverture correspond à la vitesse d’obturation. Plus cette durée est longue, plus la lumière s’accumule sur la surface sensible et plus la photo sera claire. A l’inverse, plus la durée est courte, et plus la photo sera sombre.
Cette durée s’exprime en secondes (1s, 5s, 30s…) ou en fraction de seconde ( 1/2s, 1/4s, 1/100s, 1/250s …)
Il est donc facile de comprendre que lorsque qu’on double la vitesse, par exemple on passe de 1/100s à 1/200s, la quantité de lumière venant sur la surface sensible double aussi.

Nous allons ensuite se pencher sur l’ouverture du diaphragme. Tout d’abord une petite photo illustrative: ici, un 50mm Minolta, au centre on peut voir un trou, c’est l’ouverture du diaphragme. Le diaphragme est la partie constituée de lamelles, le nombre de lamelles peut varier en fonction des objectifs.

Diaphragme-00190
Plus l’ouverture est grande et plus la lumière peut entrer dans la chambre de l’appareil, à l’inverse, plus elle est petite et moins il y a de lumière qui pénètre dans l’appareil.
Bien, il est temps de se concentrer, la partie qui va suivre est certainement celle qui démotive un grand nombre de photographes débutants, mais pourtant il suffit de réfléchir et s’entrainer avec son boitier pour comprendre.
L’ouverture du diaphragme est notée sur l’appareil f/ »nombre » (ou f: « nombre »). Le « f » signifie que c’est une ouverture relative à la focale de l’objectif, il existe aussi des ouvertures dites « réelles » mais dont on se sert très peu en photographie « courante », de tous les jours. Ce n’est pas tellement important à retenir pour la compréhension, mais cela signifie qu’une ouverture de f/4 sur un 18mm ne représente pas le même diamètre que la même ouverture sur un 300mm (le diamètre de l’ouverture du 300mm sera beaucoup plus grand que celui de l’ouverture 18mm).

Plus le nombre après le f est petit, plus l’ouverture est grande, par exemple f/1.4 correspond à une grande ouverture, alors que f/22 sera une petite ouverture.
Ceci s’explique car le chiffre correspond en fait à une fraction, 1/1.4 est un plus grand chiffre que 1/22.
ouverture-diaphragme
Maintenant que vous avez les neurones bien échauffés, nous allons voir la sensibilité ISO, souvent raccourcie par abus de langage à ISO. ISO est en réalité l’acronyme de International Organization for Standardization, une organisation qui gère des normes internationales pour différents domaines. Aucune inquiétude, c’est certainement la partie la plus simple à comprendre.
Plus le chiffre est grand est plus la surface sensible est sensible à la lumière, cela signifie que par beau temps ou avec beaucoup de lumière nous utiliserons des ISOs plutôt bas, et lorsque la lumière s’affaiblit, en fin de journée ou par mauvais temps, on utilisera un réglage ISO de plus en plus haut.
Lorsqu’on double la valeur, on double aussi la sensibilité, on a donc besoin de 2 fois moins de lumière entre 100 et 200 ISO, de même entre 200 et 400ISO, et par conséquent entre 100 et 400 ISO, on a besoin de 4 fois moins de lumière (2×2).
En argentique, il était nécessaire de changer la pellicule pour changer la sensibilité, cela pouvait être très contraignant. Dorénavant avec le numérique, le réglage se fait très simplement avec un menu de votre appareil.
Il faut noter que la montée en ISO fait apparaitre du bruit numérique (et du grain en argentique), plus les ISOs sont élevés et plus il y a de bruit (points colorés rouge bleu et vert) qui dégrade l’image.+

sony_iso
Pourquoi donc monter les ISOs alors qu’en étant hauts ils peuvent dégrader l’image ?

On s’en sert lorsqu’on veut éviter un flou de bougé du photographe ou un flou du sujet (à cause d’une vitesse trop basse) quand on est contraint par l’ouverture maximale du diaphragme.
Il vaut mieux avoir une photo légèrement bruitée qu’une photo floue.
Ça peut aussi être un choix artistique de la part du photographe.

A noter, pour du numérique il est plus juste de parler de gain que de sensibilité, c’est techniquement plus juste vous dirons les professionnels des capteurs numérique. La sensibilité est un terme plus adapté à la chimie d’un film argentique.
Lorsque le capteur est construit, il a une sensibilité donnée, on l’appelle sensibilité nominale (consulter la notice de votre appareil pour connaitre la sienne). Cette sensibilité nominale est amplifiée électriquement pour donner l’échelle de sensibilité disponible sur votre appareil.

Vous avez maintenant tout compris aux paramètres d’exposition pour prendre une photo !
Non ? vous n’avez pas tout compris ? Et bien ce n’est pas grave, je vais maintenant vous imager la chose…

Prenons un robinet (qui correspond au diaphragme), l’eau correspondra à la lumière, la bouteille correspond à la photo. Le but du jeu c’est de remplir la bouteille au maximum, pas une goutte en plus (sur-exposition) et pas une goutte en moins (sous-exposition). Pour cela, plusieurs techniques, j’ai le choix d’ouvrir en grand le robinet, la bouteille se remplira vite sinon j’ouvre peu le robinet et la bouteille se remplira lentement.

Quand aux ISOs, il suffit d’imaginer qu’on a besoin de moins d’eau, si je n’ai besoin que d’une demi-bouteille, soit elle se remplira 2 fois plus vite, soit j’aurai besoin d’ouvrir 2 fois moins le robinet.

Et voilà !

Dans les prochains cours  nous verrons comment l’appareil nous renseigne sur la « bonne » exposition et qu’il existe différents modes d’exposition sur le boitier: Program (P), Priorité Ouverture (A ou Av), Priorité Vitesse (S ou Tv) et Manuel (M). Nous essayerons de comprendre ensemble comment choisir chacun de ses modes pour sortir du mode automatique afin de combiner une bonne exposition et une démarche artistique réfléchie en fonction d’autres propriétés de la vitesse et de l’ouverture.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux !

Pour ne pas manquer les prochains articles, n’oubliez pas de vous abonner avant de partir.

Vous pouvez aussi me rejoindre sur Facebook, Twitter et Google+

Publicités

7 réflexions sur “Cours Photo n°5: L’exposition en photo, un trio d’enfer.

  1. Pingback: Les astuces Photos, n°3: Comment éviter les yeux rouges ? | Clément Chambaud Photographies

  2. Pingback: La photographie en poses longues avec le filtre Hoya ProND 1000 | Clément Chambaud Photographies

  3. Pingback: Les astuces Photos, n°3: Comment éviter les yeux rouges ? – Le Déclencheur Fou

  4. Pingback: Cours Photo n°6 : L’exposition en photographie, Mode S (ou Tv) ou l’influence de la vitesse. – Le Déclencheur Fou

  5. Pingback: Cours n°8: La photographie en poses longues avec le filtre Hoya ProND 1000 – Le Déclencheur Fou

Ici, vous êtes libres de vous exprimer, alors n'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s