Cours Photo n°4: Mais comment ça marche un reflex ? (Suite)

Abonnement par e-mailSi vous n’avez pas lu mon premier cours sur le fonctionnement d’un reflex, il vaudrait mieux le faire avant de lire cet article.

Dans ce cours je vous avais promis de vous parler du rideau de l’obturateur, et bien je vais m’y tenir aujourd’hui même.

Commençons par une petite introduction, un cours de dissection. Que fait la lumière dans un reflex ?

Cette image nous illustre bien ce qu’il se passe…

Lorsque l’appareil photo est en mode visée, quand on a pas encore appuyé sur le bouton pour prendre une photo la lumière passe par l’objectif, se reflète dans un miroir et se projette sur le verre dépoli. Ensuite cette image passe par le prisme et nous voyons une image dans le viseur.
Dorénavant il existe aussi un autre type de viseur, électronique, le système est légèrement différent, mais nous n’en parlerons pas dans cet article.

Lorsqu’on appuie sur le déclencheur, le miroir se relève et la lumière va pouvoir venir imprimer le capteur, si l’obturateur est ouvert…

Mais c’est quoi l’obturateur ?
© Les numériques

L’obturateur est le mécanisme qui permet à la lumière d’arriver sur la surface sensible (capteur numérique ou pellicule) et cela uniquement pendant un temps déterminé.
On appelle ce temps, le temps de pose ou la vitesse d’obturation qui doit être très précis pour exposer correctement une photo.  Si ce temps est trop long, la photo sera trop claire, inversement si le temps est trop court.
Sur les reflex, on retrouve souvent deux types d’obturateurs : un mécanique et un électronique.

L’obturateur mécanique se trouve près de la pellicule ou du capteur dans un appareil photo numérique et lorsqu’il est fermé, l’isole de toute lumière venant de l’extérieur.
L’obturateur électronique pour simplifier fonctionne comme un interrupteur qui active le capteur numérique de l’appareil photo pendant un temps donné, puis le désactive.
Il est souvent plus précis et plus rapide que l’obturateur mécanique, permettant de monter à des vitesses d’obturation beaucoup plus rapides, de l’ordre de 1/8000s. Il peut aussi être utile pour des poses plus lentes, permettant moins de vibrations de l’appareil photo par exemple.

© Focus Numérique : Obturateur mécanique à lamelle d’un Sony A77

Malgré bien des avantages, l’obturateur électronique, aujourd’hui, sur la plupart des reflex numériques, reste couplé à un obturateur mécanique, car il possède tous de même des défauts, comme une surconsommation d’énergie, augmentant avec le nombre croissant de pixels ou le rolling shutter (une déformation des sujets rapide en quelques sortes, je vous invite à jeter un oeil sur google image).

Voici maintenant un petit schéma qui nous montre le comportement d’un obturateur à lamelles:

Source: http://www.emmanuelgeorjon.com

Et voici maintenant une petite vidéo pour mieux illustrer le schéma précédent:

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux !

Pour ne pas manquer les prochains articles, n’oubliez pas de vous abonner avant de partir.

Vous pouvez aussi me rejoindre sur Facebook, Twitter et Google+

Publicités

Ici, vous êtes libres de vous exprimer, alors n'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s